C’est quoi la fertilisation azotée ?

L’azote a un rôle important dans l’agriculture. C’est un élément minéral important dans le développement de la plante. On la retrouve sous diverses formes. Le mode d’administration peut être un facteur déterminant pour optimiser la fertilisation azotée.

Rôles de l’azote sur la production

L’azote joue un rôle essentiel dans la qualité de la production et aussi sur le rendement au sein d’une exploitation. Les plantes l’absorbent sous forme de minéral dans le sol. Son absorption permet à la plante de croître et d’être vigoureuse. Le corps de la plante est constitué des acides aminés, protéines issus de la transformation de l’azote absorbée par la plante. La couleur d’un végétal dépend également de sa nutrition en azote. A savoir qu’une plante avec une coloration verte vive a une teneur en protéine élevée. D’où la présence de chlorophylle utile pour la photosynthèse qui transforme l’énergie solaire en glucide par réduction du dioxyde de carbone de l’atmosphère. L’azote contribue surtout à la constitution du corps de la plante comme le tige, tronc et des parties vertes comme les feuilles.

Formes de l’azote

L’azote peut être sous forme minéral ou organique. La forme minérale favorise son absorption par les racines de la plante. Sous forme organique, les plantes ne peuvent l’utiliser dans le sol. Il faut l’intervention des bactéries et des microbes pour sa minéralisation. N’oubliez pas que l’azote constitue à l’état libre 78 % de l’air que l »on respire. Et il existe des plantes légumineuses qui peuvent fixer ces azote atmosphériques et les utiliser pour leurs croissances. L’azote de forme organique se trouve dans les déchets d’animaux et aussi dans les plantes qu’on enfouit dans le sol. Dans le commerce, on le retrouve sous forme liquide ou en granulé solide.

Mode d’utilisation de l’azote pour la fertilisation

Pour optimiser la fertilisation azotée dans une exploitation, il faut tenir compte de divers paramètres.

– La nature du sol : connaître les cultures précédentes et savoir les apports en engrais faits antérieurement. La quantité à apporter est ainsi déterminée selon les besoins de la plante.

– La période du cycle cultural : apporter l’azote à un stade ou la plante en a le plus besoin.

– La condition climatique :  choisir le moment ou la météo n’infecte pas son épandage comme les périodes pluviales.

Il y a des risques de lessivage. Il faut trouver le bon équilibre de la quantité à utiliser en fonction des besoins réels de la plante à tout moment de sa croissance. Cela diminuera le risque de volatilisation de l’azote non-utilisé, un danger pour l’air et l’environnement. La plante aussi ne sera pas suralimentée en azote, origine de la fréquence des maladies. L’utilisation de l’azote organique par enfouissement est très favorable à la culture et au maintien de la bonne texture et structure du sol. On peut aussi cultiver des légumineuses entre les lignes de plantations. La quantité d’azote de synthèse utilisée sera ainsi amoindrie.

Sur quelle espèce miser en prairie ?
Comment sont fixés les prix sur les marchés agricoles ?